land-art

Le désert, une nouvelle aventure!

p1000299.jpgOn le dit, on ne refait jamais deux fois la même expérience. Pour la deuxième fois donc je retourne avec un groupe vers cet espace magique, et tout se vit comme une nouvelle expérience, rien ne ressemble à la dernière fois ! A commencer par le temps, le long voyage jusqu’à Douz nous mène dans la brume. Un climat d’étrangeté nous plonge dans une contrée fantastique. Des nuages de brouillard, émergent les montagnes de Matmata. Les paysages arides sont magnifiés, j’ai l’impression de redécouvrir totalement les lieux. Nous apprenons que le chef de camp ne sera pas Mohamed, un petit pincement au cœur me saisit tout en sachant que naturellement ce voyage me réserve bien des surprises !

Le ciel s’obscurcit et nous offre un festival de couleurs sombres et pourpres. Un tonnerre au loin commence à poindre. Arrivé au camp, l’orage éclate, des trombes d’eau s’abattent sur les tentes dans un bruit assourdissant et le claquement vif des éclairs.

p1060352.jpgNous sommes le seul groupe en vase clos dans le campement, en petit comité. Nous allons être dorlotés. Effectivement chaque moment sera plus intense, nos hôtes vont nous offrir avec gentillesse toute leur disponibilité. Les deux hommes sont nos guides, deux tempéraments très marqués, Mohamed le touareg bleu bavard qui aime poser des questions et Ahmed le joyeux qui nous lance des énigmes avec malice.



p1060486.jpg

 p1060405.jpg

p1060407.jpg








Très vite des liens se nouent, et une franche convivialité s’installe. Ahmed nous propose de prendre le petit déjeuner autour du feu, comme eux. On partage donc le thé, ou devrais-je dire une potion de thé concentrée fort sucrée. Chaque matin, se déploie une longue marche pas tout à fait silencieuse. Mais, j’en prends mon parti, après tout, le ton a été donné dès le premier jour : rien ne sera identique à la première fois.  A moi de trouver le silence dans mon cœur. Nous avons à faire à un groupe plus électrique avec des identités plus joueuses et spontanées dont un élément moqueur qui insuffle une énergie de Mat. Sean en électron libre provoque, amuse, improvise, se démarque, titille, parfois agace mais charme aussi chacun d’entre nous.

imgp1343.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ahmed est loquace et prend plaisir à nous faire découvrir la faune et la flore. Grande rencontre avec le scorpion tant redouté. C’est une sacré découverte, car contrairement à nos idées reçues c’est un bel animal vert fluorescent aux tons irisés. Dolorès qui découvre sa qualité de Lune, entre en résonnance avec cet animal mythique. Cette drôle de rencontre fait écho à l’écrevisse de la Lune et annonce peut-être son animal totem.

p1060165.jpg18.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Maryse, dont j’ai rêvé qu’elle restait vivre là-bas (symboliquement il y a du vrai !), se découvre en Amoureux avec la qualité de la Justice. Elle vit avec joie et plaisir son coup de cœur pour la vie des nomades dans le désert. Sophie exprime de manière intuitive son âme d’Amoureux. La belle ronde des artistes : nous construisons notre œuvre en Land Art. « La porte de l’Espoir » est une installation éphémère en bois séchée. Mohamed et Ahmed nous filent un coup de main ! Le soir grand feu festif de notre œuvre commune.

p1060498.jpg

p1060521.jpg

Eveil créatif : chacun dessine les dunes avec des craies sèches.

p1060599.jpgVoilà, que de belles expériences qui ouvrent le cœur et nourrissent nos âmes d’enfant !

Je vous souhaite de vous faire ce beau cadeau un jour dans votre vie.