Blog

L'archétype du Héros, le Chariot

Suite au dernier billet sur Star Wars, je voulais vous parler du « voyage du Héros » tel qu’en parle Joseph Campbell, historien, professeur, spécialiste de la mythologie. Ses écrits ont largement influencés la production littéraire et cinématographique, d’ailleurs le créateur de Star Wars, Georges Lucas l’a rencontré et a échangé avec lui. Le Voyage du Héros, tel que le raconte Joseph Campbell dans son livre « Le Héros aux mille et un visages », est une base de narration destinée à comprendre et à construire des récits sous forme de voyages initiatiques.

Joseph Campbell (1904 – 1987)

Voici ce que dit ce grand érudit :

« Ainsi tous les héros mythiques débuteraient leur périple à la suite d'un « appel à l'aventure » - ce qui implique que le héros quitte l'environnement dans lequel il a grandi. Il devra ensuite faire face au « gardien du seuil », premier obstacle dans son voyage qui, une fois franchi (la plupart du temps avec l'aide d'un mentor ou d'un guide spirituel), lui permettra de pénétrer dans un monde plus spirituel - généralement représenté par une forêt sombre, un désert, une grotte ou bien encore une île mystérieuse. Il va y subir une série d'épreuves lui permettant de dépasser son mentor et d'accomplir enfin l'objet de sa quête (le plus souvent une réconciliation avec le père, une union sacrée ou une apothéose) représentant symboliquement l'émancipation. Il retournera ensuite chez lui complètement transfiguré par l'expérience de son voyage initiatique. »

Campbell affirme que quasiment tous les héros mythiques, quelle que soit l'époque et la culture dans lesquelles ils vivent, suivent un parcours contenant au moins une partie de ce schéma. Dans des œuvres plus contemporaines, les trilogies Star Wars, Matrix, Le Seigneur des anneaux, Harry Potter et la série TV Lost collent de très près à ce schéma archétypal. Campbell déclarait même que les Héros étaient importants pour la société puisqu’il véhiculait des moyens universels de s’émanciper et de s’épanouir. En effet, dans les années 80, des héros comme Conan, Rambo (et tant d’autres, notamment dans les mangas japonais) formaient la jeunesse en mettant en avant l’exemple du personnage bon et se battant pour le bien. Aujourd’hui, les super héros fleurissent de toute part dans les dernières productions hollywoodiennes, tous ces Superman, Batman, Iron Man, 4 fantastiques, Spiderman, etc…Les univers de super-héros reprennent souvent des thèmes mythologiques de la Grèce antique, au fond c’est toujours l’histoire de Jason et la Toison d’or qui est déclinée en de multiples variations.

Dans « Inception », film fantastique récent, film qui se veut plus adulte, on y voit une brillante mise en abîme des principes édictés par Campbell, car le héros, incarné par Léonardo Di Caprio, expose les éléments fondateurs du récit lorsqu’il met en place la fameuse « inception » avec ses partenaires. À ce niveau du film, il est comme un metteur en scène ou un auteur, au fond, il est dans la peau du cinéaste, de tout créateur d’une histoire, et si on va plus loin il nous représente, chacun de nous en tant qu’acteur et inventeur de notre propre destin. Ainsi, au cours du film on voit que l’enjeu de leur projet est d’élaborer une épiphanie crédible entre un fils et son père. On retrouve cette idée d’apothéose, point d’orgue de la quête du héros.

La stratégie de "l'apothéose", selon Léo.

Le voyage du héros peut être résumé en 12 grandes étapes :

1. Le héros dans son monde ordinaire : il s'agit d'une introduction qui fera mieux ressortir le caractère extraordinaire des aventures qui suivront.

2. L'appel à l'aventure, qui se présente comme un problème ou un défi à relever.

3. Le héros est d'abord réticent, il a peur de l'inconnu.

4. Le héros est encouragé par un mentor, vieil homme sage ou autre. Quelquefois le mentor donnera aussi une arme magique, mais il n'accompagnera pas le héros qui doit affronter seul les épreuves.

5. Le héros passe le « seuil » de l'aventure, il entre dans un monde extraordinaire, il ne peut plus faire demi-tour.

6. Le héros subit des épreuves, rencontre des alliés et des ennemis.

7. Le héros atteint l'endroit le plus dangereux, souvent en profondeur, où l'objet de sa quête est caché.

8. Le héros subit l'épreuve suprême, il affronte la mort.

9. Le héros s'empare de l'objet de sa quête.

10. Le chemin du retour, où parfois il s'agit encore d'échapper à la vengeance de ceux à qui l'objet a été volé.

11. Le héros revient du monde extraordinaire où il s'était aventuré, transformé par l'expérience.

12. Le retour dans le monde ordinaire et l'utilisation de l'objet de la quête pour améliorer le monde. (donnant ainsi un sens à l'aventure)

Tarot de l'Amour de Liz Dean

Le Tarot est aussi un récit, en forme de voyage initiatique, dans cette suite chronologique des 22 lames majeures. Et notre héros est ce Bateleur qui chemine dans une quête de la Vérité. On peut même dire qu’il va symboliser totalement l’archétype du Héros lorsqu’il devient ce jeune prince, sorte de héros des temps anciens, dans l’arcane du Chariot. Ce triomphateur prodigieux, ce victorieux talentueux, représente ce moment dans le processus d’individuation où il nous est demandé d’employer notre énergie créatrice dans un défi personnel qui implique de dépasser nos limites et d’explorer de nouveaux territoires. Le Chariot est l’illustration de l’élan créateur. C’est ce même élan dont il est question au travers de tous ces grands personnages qui évoluent dans un esprit de conquête, ils se lancent dans des aventures ambitieuses et traversent des obstacles qui les font grandir. Le message de cet arcane est qu’arrivé à une certaine étape de notre évolution, il nous est demandé d’adopter cette posture héroïque. Pour reprendre les termes de Paulo Coello il est question d’aller au bout de notre « légende personnelle ».

Suite au prochain épidode...

Autres articles:

Le Tarot au cinéma. (3) Star Wars

Le Tarot au cinéma (1) "V pour Vendetta"

Le Tarot au cinéma. (2) Le Diable s'habille en Prada

Le Tarot au cinéma. (3) Star Wars

Le sens caché des fims

Star Wars (la guerre des étoiles)

le cheminement initiatique

Episode 5 : « l’Empire contre attaque »

entre déterminisme et liberté : la question du choix

Cela fait longtemps que certains me demandent d’écrire sur cette saga sachant que je la cite régulièrement dans mes cours sur le Tarot. Si vous faites parti des rares personnes à avoir évité cette vague planétaire, ce phénomène transgénérationnel, alors je vous invite à vous plonger dans cet univers sans tarder !

En effet, cette série de 6 films de science-fiction a touché nombre de spectateurs de tous âges depuis les années 70 et a largement influencé l’histoire du cinéma, sans parler de notre société contemporaine qui en a constitué un référent culturel incontournable. Car Star Wars reprend dans sa trame narrative nombre de récits classiques et fondateurs tels que la geste arthurienne, la mythologie grecque et l’épopée sanscrite du Mahabharata.

Je ne vais pas pouvoir discourir hélas sur la totalité de la saga réalisée et surtout conçue et produite par Georges Lucas, car cela nécessiterait un livre entier pour en faire l’analyse à l’aune du Tarot. Cependant il y a une scène dont je voudrais porter à votre attention et qui à mon sens forme la clé de voûte de l’ensemble des films. Cette scène mémorable se trouve dans l’épisode « l’Empire contre attaque », c’est celle du duel entre Dark Vador et Luke Skywalker où celui-ci apprend que celui qu’il combat n’est autre que son père. Souvenez-vous de cette célèbre réplique : « Luke, je suis ton père » qui provoque un désarroi et une surprise totale au jeune héros, sans oublier nous-mêmes qui nous identifions à ce personnage idéaliste et charismatique.

 

 

 

 

 

 

 

La posture vaillante du héros !

Luke Skywalker c’est notre Bateleur du Tarot, celui qui apprend à devenir un chevalier Jedi, celui qui apprend à devenir un sage (apprenti-sage). Un débutant dynamique, enthousiaste, chanceux, spontané, inventif et candide. Tout comme dans le Tarot, celui-ci part dans une quête qui va le dépasser. Au départ il s’agit pour lui de conquérir la galaxie, de devenir un héros victorieux, mais en cours de route il va devoir traverser l’ombre et se confronter à une question existentielle. Qui suis-je réellement? Suis-je véritablement libre de faire mes propres choix ? Ou bien est-ce le fruit d’un conditionnement ? De programmes inconscients en lien avec une histoire familiale oubliée voire refoulée ? D’un héritage généalogique et génétique ? Suis-je un maillon balloté dans une série d’évènements dont l’origine m’échappe ? Suis-je enchaîné à une histoire répétitive et incessante si ce n’est infernale, un cercle vicieux dont je crois naïvement dominer le déroulement implacable ?

L’affrontement du père et du fils.

Et oui vous l’aurez compris ce thème nous rappelle les enjeux représentés dans l’arcane 10 du Tarot : la Roue de Fortune. Arcane qui nous parle du samsara, du destin, de l’impermanence, de la condition humaine entre ascension et chute, entre acquisition et perte. Vous remarquerez que dans cette scène, Georges Lucas en fin connaisseur du langage symbolique, place les deux protagonistes devant des cercles à l’esthétique de rosaces et de mandalas ! Pour la petite histoire sachez que pour concevoir son récit, Lucas a consulté Joseph Campbell, professeur, éminent spécialiste de la mythologie du héros. Donc point de hasard dans le choix des décors ni dans l’articulation de cette fable.

 

 

 

 

 

 

 

 

Décors en Roue de Fortune.

A ce moment terrible ou un secret lui est révélé, Luke se retrouve face au constat amer que tout ce qu’il a entrepris dans son itinéraire héroïque n’est certes pas le fruit du hasard mais est motivé par une source inconsciente, un karma familial. Les scénarios de la vie se répètent. Son père lui tranche la main, tout comme lui-même, on le sait dans l’épisode 2, l’a eu tranchée dans sa jeunesse, avant qu’il ne tombe dans le côté obscur de la force, avant qu’il ne devienne cette machine froide et machiavélique.

 

 

 

 

 

 

 

Sous le masque du Diable, sous le casque de Dark Vador : Hanakin Skywalker, un ancien Bateleur corrompu.

Le personnage fascinant de Dark Vador renferme toutes les composantes de l’arcane 15 du Tarot : il incarne magnifiquement le Diable. Le Diable c’est celui qui aveuglé par la puissance de son esprit, par l’intelligence et le pouvoir de la pensée se perd dans les méandres sophistiqués de l’intellect et dérive de sa quête originelle. Il en oublie ses intentions premières et tire un avantage factice, un intérêt illusoire de ses pouvoirs. Car au départ ce Diable a été un Bateleur plein de belles promesses.

Ainsi dans cette scène fatale se reproduit l’ultime tentation à laquelle avait déjà succombé Dark Vador, lorsqu’il enjoint son fils à pactiser avec lui. Rejoindre le côté obscur de la force semble l’unique choix qui se propose à Luke piégé par son destin !

 

 

 

 

 

 

Luke pendu, dans le vide.

Or que fait-il ? Il renonce, il lâche prise, il accepte de perdre. Luke ne peut en entendre plus et se laisse tomber dans le vide. Sa chute est interminable. Il est aspiré par un système d’aération et finit sa course suspendu à une antenne, sous la Cité des Nuages. Le voici donc en position de Pendu, dans une impasse, la main coupée symbolisant son impuissance, il n’a plus aucune prise sur les évènements. La solution alors se trouve ici dans le non-faire et la connexion à son âme profonde.

Ces deux arcanes Roue de Fortune et Pendu sont reliés et forment une dialectique dans le Tarot. Ils symbolisent tout le mystère et l’enjeu philosophique de notre existence. Ces deux lames sont miroirs car lorsque l’on les associe, 10+12, on obtient 22, la totalité des arcanes majeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le non-faire et le lâcher-prise du Pendu tel un yogi.

 

 

 

 

 

 

 

Un mandala chrétien  où les anges actionnent la manivelle!  La roue de la vie (Samsara) des tibétains.

Je crois que le message philosophique véhiculé par le Tarot est résumé dans l’articulation de ces 2 lames. Elles sont à étudier ensemble, de manière complémentaire et en intégrant l’idée du paradoxe. Car, avec celles-ci on est en présence du questionnement entre le déterminisme et le libre-arbitre. Je vous invite à prolonger cette réflexion dans laquelle nous mènent ces deux lames que tout oppose. D’un côté on apparaît en petits singes passant d’un état à un autre de la réussite à l’échec, tes des petits pantins, des marionnettes tributaires d’une loi universelle, celle de la cause à effet. Je suis responsable de mes actes et je n’ai qu’à m’emparer de la manivelle que me tend implicitement cette lame. C’est ce que semble me faire croire le Tarot à ce niveau du cheminement. Je me crois libre d’agir selon ma propre volonté. Mais, les aléas de la vie, signifiés par le tournoiement de la roue, m’enferment dans un destin programmé dont je n’ai pas conscience. Pourtant, on vit cette lame comme l’occasion qui nous est donnée de prendre en main notre existence.

Or, d’un autre côté, avec le Pendu, la vie m’est montrée comme une impasse, une expérience frustrante qui m’est imposée, il n’y a rien à faire. Je me débats, prisonnier d’une situation que je n’ai pas voulu, obligé à regarder le monde à l’envers, la tête en bas, à faire de mon échec et de mon incapacité une occasion d’être victorieux sur les illusions du monde. Je trouve la liberté en lâchant prise sur mes attentes.

Il est donc question avec ces deux arcanes de trouver la voie entre l’action, la détermination, le vouloir et l’acceptation, l’abandon, l’être.

L’enseignement de son maître spirituel Yoda n’est-il pas celui d’apprendre à se positionner en Pendu ?

Adopter la posture du Yogi, du méditant n’est-il pas la solution ?

Que la force soit avec vous! Fidèles lecteurs...suite au prochain épisode!

Autres articles:

L'archétype du Héros, le Chariot

Le Tarot au cinéma (1) "V pour Vendetta"

Le Tarot au cinéma. (2) Le Diable s'habille en Prada

La Quête, le Tarot au cinéma(4)

La Mort Créatrice: Arcane 13

Depuis quelques temps, j'écoute avec grand intérêt une émission sur France Inter intitulée "sur les épaules de Darwin". Ca passe le samedi matin de 11h à 12h. Quel bonheur !! Le narrateur de sa voix chaleureuse et douce propose une exploration intelligente par delà les limites de la science, entre philosophie, récentes découvertes scientifiques, poésie, contes et mythologie. Divers sujets abordés, différentes interviews viennent étayer une profonde réflexion sur l'être, la conscience de soi, la perception des phénomènes, la mort, etc...

jean-claude-ameisen.jpgJean Claude Ameisen est médecin et chercheur, et a fait des contributions majeures dans le domaine des recherches sur la mort cellulaire. Professeur d'immunologie à l'université  de Paris.

Voici le lien, il y a des émissions à écouter et à réécouter gratuitement sur le site:

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/sur-les-epaules-de-darwin/

C'est une parenthèse enchantée que d'entendre sur les ondes au milieu de notre tumulte quotidien une parole lumineuse et vraie. Je pense à cette émission sur le thème de "la sculpture du vivant et le suicide cellulaire ou la mort créatrice" dans laquelle, pour illustrer son propos, Jean-Claude Ameisen évoque la mytholgie, il convoque Ullysse et le chant des sirènes. Ce chant de mort comme une parobole d'une pulsion en nous tous et que le chant de vie s'élève aussi en nous tel Orphée qui seul sait vaincre les funestes voix des sirènes.

 L'arcane 13 du Tarot de Visconti

Le thème, il est vrai, est fondamental : l'apoptose, ou mort programmée des cellules, est une découverte récente qui remet en cause tout ce que l'on croyait savoir sur la vie et la mort. De la vie, Claude Bernard disait : "Tout ce qui s'oppose à la mort." La réalité est autrement plus subtile, puisque chacune de nos cellules, si elle contient les organes nécessaires à sa survie, contient aussi les armes capables de la détruire. Au stade embryonnaire, par exemple, nos organes ne "poussent" pas comme le feraient des plantes ; les mains, qui sont d'abord des sortes de moufle, comportent certaines cellules, programmées pour cela, qui vont s'autodétruire afin de laisser des espaces libres - sculptant ainsi une main en enlevant de la matière ! La façon dont les cellules décident ainsi de se suicider, et la façon dont elles sont absorbées par l'organisme, donnent les clés essentielles pour la compréhension du vivant... et pour la guérison de toutes les grandes maladies qui résultent d'un dysfonctionnement de la cellule.

Chacune de nos cellules à la possibilité de se suicider.

L'arcane Sans Nom du Tarot de Charles VI*

Cette faculté est héritée d'un lointain passé où les cellules luttaient contre les plasmides. Si l'évolution a conservé le suicide cellulaire, c'est qu'il est source de vitalité. Le suicide cellulaire est constructif. Il permet à l'embryon de se développer. Il assure l'éducation de notre système immunitaire. Il intervient pour réguler les populations cellulaires. D'une manière générale c'est un moyen de contrôle de la société cellulaire sur les individus qui la composent. L'autodestruction cellulaire est à la fois vecteur de complexité, donc du vivant, tout en étant responsable de nombreuses maladies.

La version d'Osawald Wirth

Vous comprendrez que ce sujet enrichit l'interprétation que l'on peut faire de l'Arcane Sans Nom du Tarot. Je trouve intéressant de comprendre combien la mort est une donne essentielle dans le processus de vie. Voilà qu'une année s'achève, c'est la fin d'une époque, et cela nous ramène à des deuils à faire. Nous tous, sommes confrontés à de petites morts récurrentes. La Non-Nommée nous rappelle que mourir à soi-même, à ses illusions, à ses regrets, à ses croyances, à ce qui nous attache, est inévitable et nécessaire dans tout processus de vie. Je sais combien cette lame fait peur aux consultants qui la rencontrent dans leur tirage. Alors qu'il s'agit d'acceptation et d'un passage naturel entre mort et renaissance.

Puisse ces quelques lignes ouvrir votre vision de cette lame.

* à voir sur le site de la BNF les magnifiques représentations du Tarot de CharlesVI:

http://expositions.bnf.fr/renais/feuille/index4.htm

Le Tarot au cinéma. (2) Le Diable s'habille en Prada

Le sens caché des films

« Le diable s’habille en Prada » film de 2005 avec Meryl Streep et Anne Hathaway.

Après vous avoir évoqué le sens caché du film « V pour vendetta » dans un précédent billet (voir billet du 02.04.2009), j’ai pensé que cela serait amusant de continuer à vous transmettre la symbolique du Tarot à l’intérieur d’un film.

L’idée m’est venue suite au dernier cours de Tarot du niveau 1. Avec mes élèves nous avons abordé l’archétype de la mère à travers les arcanes de la Papesse et de la Lune. J’ai voulu prolongé cet enseignement et l’ouvrir à tous ceux qui s’intéressent à la symbolique. J’espère que vous avez eu l’occasion de voir cette comédie américaine qui a eu un joli succès. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, je vous encourage à vous procurer le DVD afin de profiter de l’analyse que j’en fais. Bonne lecture !

Si le titre évoque l’arcane du Diable, il n’en est pas moins une magnifique illustration du principe initiatique et fécondant de la Papesse. D’ailleurs cela n’empêche pas de faire un lien avec ce Diable évocateur du monde de la mode, certes, mais surtout parabole de notre monde contemporain et des codes de la société.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sphinx dans les plis de la robe de la Papesse (version O.Wirth) et l'affiche du film, notez que les lunettes que donne Miranda pour apprendre à voir à la jeune femme rappelle la thématique du voile de la Papesse.

L’histoire du film parle d’une troublante et sulfureuse initiation par le biais d’une papesse de la mode, détentrice d’un pouvoir redoutable et d’un savoir convoité. Meryl Streep incarne donc Miranda, ce sphinx de la mode, à la fois fascinante, détestable, opaque, inaccessible, admirable, séduisante, imperturbable, intelligente et intransigeante. Elle suscite autant d’attraction que de répulsion. Elle représente cette mère intemporelle entre fantasmes, mystères et projections. On retrouve la blancheur du visage de la Papesse dans les cheveux blancs de Miranda, elle porte un grand intérêt à la confection de ce que l’on nomme « le book » sorte d’épreuve de travail du magazine dont elle en est la rédactrice en chef. Le « book» c’est ce fameux livre de la Papesse, sa connaissance innée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Miranda et son "book", la Papesse et son livre. les cheveux blancs de l'une et le visage blanc de l'autre.

Miranda parle peu, la Papesse est silencieuse, elle oriente une conduite grâce à l’art du questionnement pertinent. Elle pose des questions dont elle n’attend pas les réponses, elle balaie du regard l’héroïne, on voit une grande maîtrise, on remarquera une grande économie dans la gestuelle de l’actrice, (gestes lents, voix douce) elle donne une grande leçon à la jeune femme. Elle nous apparaît pour la première fois, vêtue d’un manteau noir, couleur de l’inconscient, on nous signale par là qu’elle est reliée à ce qui est caché, occulte, souterrain, enfoui, obscur, non-apparent, et qu’il va falloir faire l’effort de découvrir au cours de l’histoire. Tout comme la jeune héroïne du film qui va se confronter à cette image de la maïeutique qu’est en réalité Miranda. La Papesse est la sage-femme, Femme Sage qui nous met au monde, elle est celle qui introduit le Bateleur à sa vérité fondamentale. C’est ce même processus que l’on retrouve avec cette jeune femme naïve, ignorante et maladroite. En tant qu’assistante de Miranda, donc son élève-apprenti, elle va apprendre à ses dépens, les règles qui régissent notre société, car au travers de la mode, il est question d’apprendre à décrypter les codes et conventions des rôles sociaux. Effectivement tout comme avec l’arcane du Diable, il est question de codes vestimentaires, c’est-à-dire de masques sociétaux qu’érigent les personnes dans leurs relations. On voit, en générique du film, une armada de jeunes beautés stéréotypées s’habiller comme on va au combat, de talons aiguilles en manteaux boutonnés, c’est l’image d’une armure protectrice qui affiche une image que l’on veut montrer. Comme pour l’arcane 15, le personnage central affiche des attributs sexuels exagérés sur le poitrail, ce qui figure une armure corporelle.

  affiche-parda.jpg

 

 

 

 

 

Une autre affiche du film: l'ojet de mode en tant que représentation sociale, l'escarpin en forme de fourche rappelle la symbolique de l'armure sur le poitrail du Diable.

Le monde de la mode est un théâtre où se posent des enjeux financiers, industriels, économiques, etc. Les trois personnages sur la carte n° 15 désignent aussi un jeu de rôle, le piédestal du personnage central illustre ce lieu où se joue des intrigues affectives, matérielles et philosophiques. C’est le théâtre du monde, « la comédie de la vie ». La jeune femme va donc subir une série d’épreuves, des tests provoqués par Miranda, des énigmes à résoudre, des rites de passage qui l’introduisent à une connaissance de soi en dehors de la représentation sociale et des apparences. Elle va lui donner les moyens d’accéder à une conscience libérée des préjugés, des illusions et des conditionnements. Se pose ici tout comme avec notre arcane n° 2 la nécessité d’une métamorphose. Au début la jeune femme se plaint, se complaît, affiche un dédain pour ce monde de la mode. Et puis lorsque se produit une prise de conscience douloureuse, une transformation physique (qui passe par la refonte de sa garde-robe) précède une transformation psychique de l’héroïne. Elle finit d’ailleurs par adopter le noir code couleur vestimentaire de Miranda, comme elle, elle se pare de longs sautoirs aux breloques dorées. Elle intègre ainsi le discours de Miranda qui lors d’une mémorable scène lui décoche cette réplique riche de sens « un accessoire de mode n’a rien à voir avec de la futilité, c’est une pièce d’iconographie exprimant une identité ». Sorti du contexte de la mode, cette phrase au fond parle de notre rapport au symbole. Car comme le dit Mircea Eliade l’étude du symbolisme renseigne sur la nature profonde de l’homme. Cet accessoire de mode dont parle Miranda, c’est l’utilisation du symbole, propre à notre société moderne expurgée des racines spirituelles, poétiques et magiques. Va suivre alors la véritable transmission de Miranda, l’héritage de la Papesse, cette « Qué Sabé » des temps modernes, Celle qui Sait, la Femme profonde, expérimentée, qui connaît parfaitement les véritables enjeux, les rouages et les stratagèmes de notre monde.

Quand l'élève prend l'apparence du maître: Miranda et sa jeune apprentie revêtent le même costume sombre.

Dans la deuxième partie du film, la jeune femme entre dans l’intimité de la maîtresse femme, elle rentre chez elle grâce à l’obtention de la clé de sa maison. C’est la récompense pour avoir atteint le premier niveau de son initiation. La papesse lui dévoile enfin une vérité nue, elle apparaîtra plus tard sans fards, non-maquillée, elle lui divulgue les secrets derrière les apparences. On pense à la clé que tient la Papesse dans la carte du Tarot. Dans cette maison, qui révèle l’intériorité psychique et émotionnelle de Miranda, nous apparaît un immense escalier en forme de labyrinthe. On peut s’y perdre. Elle semble lui signifier qu’elle doit se méfier, sa nouvelle connaissance fraîchement acquise, elle doit l’éprouver au travers des tentations et des jeux de pouvoir, il ne s’agira pas dans cette quête identitaire de se faire avoir pas les leurres des autres et surtout de soi-même. Miranda la pousse sans cesse dans ses retranchements, elle exige la perfection, en réalité elle lui demande plus de conscience. Elle lui lance des défis comme la quête de l’édition originale d’Harry Potter afin de tester sa capacité à déjouer les pièges et à se dépasser. Toute l’histoire avec le beau jeune homme blond qui la séduit est en fait le test ultime. Il est question pour notre jeune héroïne d’aller vers elle-même, de trouver en elle des ressources insoupçonnées.

diable-prada.jpg

Quand la jeune femme se transforme et prend de l'assurance.

La Papesse a mis en œuvre depuis le début une invitation à se surpasser, c’est-à-dire à dépasser ses concepts éculés et ses idées reçues, elle doit penser par elle-même, être lucide, faire fonctionner son discernement ; si elle veut se sortir victorieuse de toutes ces chausse-trappes autour des luttes de pouvoir. Son cheminement va lui faire comprendre qu’elle ne doit pas vendre son âme au diable, que sa réussite ne se fera pas au détriment des autres et surtout en dépit de son intégrité. Il y a le danger de s’identifier à son nouveau masque social, de se faire avoir par les illusions du monde. Notre héroïne est comme un insecte attiré par les belles lumières de Paris et des défilés de mode. Elle ouvre de grands yeux éblouis par le jeu des apparences et tombe dans les bras du séducteur. Or, Miranda fait tomber le masque, lui montre sa part d’ombre (ses problèmes de couple), elle se montre sincère avec la jeune femme, suscite de l’empathie. A ce moment la sous la froideur du dragon, apparaît un être sensible, plus humain. Elle l’aide à s’affranchir et à se désaliéner du monde des apparences, de ce à quoi elle se croyait dépendante. Elle lui enseigne la notion de choix et de responsabilité.

Dans cette version d'O.Wirth le Diable porte un masque.

La Papesse devance les autres par sa clairvoyance, ce que fait Miranda lorsqu’elle lui révèle à la fin une stratégie confondante. Elle l’amène à ce moment là à voir la frontière entre le bien et le mal. Autre thème majeur du Diable, carte qui nous interroge sur nos véritables intentions derrière nos actes. Elle lui apprend donc à savoir faire ses propres choix, à anticiper, à être authentique, en accord avec elle-même, à savoir être à sa juste place. La scène où la jeune héroïne laisse tomber Miranda est l’accomplissement définitif de son initiation. Elle est forte d’une connaissance qu’elle met à profit directement par cet acte de transgression, elle rompt avec elle comme tout un chacun qui coupe le cordon ombilical avec la mère. Il n’y a pas d’initiation sans renoncement et Miranda le sait depuis le début. Son petit sourire à la toute fin du film signe la fin d’une transmission. La jeune femme atteint un point ultime de non-retour, celui d’un accomplissement, de la réalisation de l’être. Miranda en bonne Papesse le reconnaît, elle l’a d’ailleurs désignée comme sa fille spirituelle, ne dit-elle pas « je me reconnais en vous au même âge ». Elle valide par là le transfert de sa connaissance et de son pouvoir. Au final, l’héroïne à son tour devient une Papesse.

Autres articles:

Le Tarot au cinéma (1) "V pour Vendetta"

Le Tarot au cinéma. (3) Star Wars

Les 4 éléments: les 4 arcanes mineurs

Le Tarot, comme vous le savez, imprègne mon regard sur ce qui surgit au fil de mes pérégrinations. Cet été, pendant un petit voyage touristique en Ardèche et ensuite dans le Var, j'ai pu capter des images, des lieux, des situations, des instants, des personnes qui m'ont fait penser au Tarot. J'ai donc eu envie de vous faire partager ces expériences ludiques, magiques et chaleureuses.

Découverte de l'Ardèche dans un merveilleux gîte, au coeur de la nature, j'ai pu méditer, contempler, me ressourcer en sentant la force des 4 éléments:

L'eau fluide de la rivière est mouvante, joueuse, elle circule entre les moindres interstices, se répand, irrigue, innonde et insémine les moindres espaces. C'est la vie même. C'est joyeux, l'eau humidifie la pierre et les lieux figés. C'est un mouvement, une souplesse... Il ya une générosité dans son irrigation... C'est le coeur qui palpite... L'élément eau dans le Tarot est symbolisé par la coupe. On est dans le monde du ressenti et des émotions. Tout se relie grâce au mouvement des liquides. La coupe exprime la reliance et la connexion.

La terre se condense dans les blocs de pierres qui émaillent le cours d'eau. La matière est dense et compacte. Impression de solidité et de satbilité. C'est rassurant, on s'y fixe, on peut s'y accrocher, s'y sentir protégé, soutenu. C'est tranquille. C'est un soutien, un ancrage. L'élément terre dans le Tarot c'est le denier. On est dans le monde de la matière, du concret, c'est la base qui sous-tend chaque chose.

Le feu du soleil me réchauffe. C'est un astre qui éblouit et illumine chaque élément. La chaleur est intense et propulse, le soleil irradit, il donne de l'énergie. L'élèment feu dans le Tarot c'est le Bâton. C'est la chaleur du corps, l'activité corporelle, le frottement des atomes, des cellules, une intense machinerie en action.

L'air c'est le vent qui souffle, qui balaye les choses et recouvre tout, il nettoie. C'est une force, une élèvation. Il y a des bourrasques, c'est comme une claque, c'est saisissant. L'élèment air dans le Tarot c'est l'épée. L'air c'est le souffle, la respiration.

Conseillée par mes hôtes, j'ai lu un livre d'une grande dame Christiane Singer "du bon usage des crises" que je vous recommande fortement. Voici une citation qui m'inspire: "Si nous ne voulons pas mourir de soif sur cette terre, il nous faut être une source". C'est de circonstance! Lors d'une ascension, Philippe nous emmène découvrir une ravissante petite source d'eau ferrugineuse. Je pense à l'arcane de l'Etoile.

 

 

 

 

 

 

 

Abondance, régénéressance, fluididité, ressourcement, prospérité semblent être les thèmes qui traversent cette époque de ma vie, ces instants enchanteurs. Merci à Philippe pour ses délicieuses faisselles qui m'on revigorées!!!

C'est le temps de la guérison, de la synchronicité. Tempérance signifie la renaissance après les heures sombres de la mort symbolique de l'arcane 13. Des papillons volettent tout autour de nous, je pense aux ailes de Tempérance qui se déploient comme de magnifiques antennes paraboliques.

Je retrouve une famille oubliée (mes cousins), ma grand-mère maternelle perdue de vue est celle qui nous rassemble, nous réunit. En visitant Cuers dans le Var où a vécu cette grand-mère que je n'ai pas vraiment connu mais à laquelle je me sens reliée, je pense à la Papesse, la grande mère, la sage-femme, Femme sage. Il y a une transmition magique entre cette grand-mère et moi-même, elle est une mère ancestrale, la "Que Sabe", celle qui sait. Je sais qu'elle nous protège, sa lignée, ses petits enfants.Voici Marie qui veille sur Cuers. L'archétype de la mère intérieure.

 

 

Merci à tous ceux que j'ai rencontré lors de ce petit voyage, ce sont de belles rencontres de coeur...

Le Québec en 22 lames (suite)

Le Canada fourmille de belles Eglises qu'on croirait sorties de la "Petite maison dans la prairie". L'influence du catholicisme y est très forte, on pense au Pape.

Beaucoup de belles rencontres dans ce voyage, des liens se créent, des échanges affectueux, le coeur vibre. Au fait je suis l'Amoureux en personnalité!

Sur les routes du Canada nous sommes émerveillés par la beauté des paysages, des grands ciels, on y circule facilement, limite de vitesse des autoroutes 100km/heure, donc pas de stress, c'est cool! J'adore les camions style américains, rutilants. Ne dit-on pas "char" (même racine que Chariot) pour voiture au Québec!

Là-bas les amérindiens sont réhabilités seulement que depuis quelques années, à Gatineau un magnifique Musée de la civilisation rétablit cette culture qui a été bafouée, oubliée, jugée, critiquée par l'homme blanc. Justice est faite avec ce beau Musée qui révèle la richesse des nombreuses nations indiennes. Du Musée à l'extérieur, on voit un aigle (vision de l'aigle: l'Epée) et la ville d'Otawa en arrière plan, capitale administrative. 

Notre gîte à Cantley est au coeur de la forêt et des marécages, les castors y règnent en maîtres. La maison est accostée à un ruisseau qui donne sur un petit étang, notre hôte Gérard a installé un banc et aménagé l'endroit pour méditer et contempler. L'auberge le Bel Abri offre un refuge bienfaiteur. Je trouve la paix de l'Hermite en ce lieu.

p1010081.jpg

J'avoue, j'ai un faible pour l'art des autochtones, je suis sensible à cette poésie et leur symbolisme qui emprunte aux éléments, aux animaux, aux forces cosmiques. Bien-sûr je fais le lien avec le symbolisme du Tarot que j'enseigne à mes étudiants. Voici une belle Roue de Fortune, oh pardon Roue de médecine ;-) que j'ai ramené de la jolie boutique de Wakefield (à visiter sur http://www.khewa.com) qui met en valeur les objets d'art authentiques et non des "made in China". J'y ai fait une belle rencontre mais je vous en parlerai plus tard.

les animaux sauvages sont très présents dans ces contrées, il existe un parc (Oméga) où les animaux évoluent en liberté et les humains enfermés dans leurs voitures! Voici le loup blanc, majesteux, je pense à la Force.

Quand j'ai vu ce Christ, je n'ai pu m'empêcher de penser au Pendu.

"C'est un beau jour pour mourir" dit le vieil indien à Dustin Hoffman dans le film "little big man", j'aime beaucoup les cimetières canadiens, il y émane douceur et sérénité. Mourir et renaître selon l'arcane sans nom.

p1000965.jpgL'eau des Chuttes de Montmorencie me fait penser à l'eau des cruches de Tempérance. Il se trouve que dans mon histoire l'année 2010 est sous influence de Tempérance.

p1000883.jpgDans ce beau Musée de Gatineau, il y a toutes sortes de masques, très impressionnants, des masques chamaniques, d'hommes en transformation, à moitié animal à moitié humain. Cela m'évoque les masques du Diable. Voici l'homme-foudre.

p1010180.jpgEt voici le Château de Frontenac qui surplombe le vieux Québec, belle tour qui rappelle la Maison Dieu.

p1000725.jpg

Je pense qu'un ange m'a guidé jusqu'au Québec et m'a conduit sur certains chemins bien précis, il est évident que j'ai eu des réponses, et j'y vois la synchronicité à l'oeuvre. Les grands espaces, cette nature omnipréente, les élèments, la neige, bref tout ceci me rappelle la bienveillance de l'Etoile.

p1010048.jpgVoici Dame Bison de père français et de mère amérindienne, c'est une belle personne, artiste peintre et conteuse inspirée et lumineuse, nous posons devant une de ces oeuvres, je souhaite vous la faire connaître, nous envisageons de la faire venir pour un atelier d'éveil à la culture amérindienne. L'art, la beauté, la poésie, les 13 lunes que Nathalie-dame Bison me racontent, c'est la Lune qui me parle!

Nicole et Gérard forment un joli couple harmonieux, ils gèrent avec élégance l'auberge le Bel Abri. Comment ne pas voir le Soleil qui brille dans leur coeur.

p1010169.jpgBeaucoup de messages ont été égrénés tout au long de ce périple, je réponds à l'appel entendu. La statue en face du château de Frontenac m'annonce le Jugement.

Au final j'ai parcouru le nouveau monde, c'est cette terre neuve qu'est le Canada, le dôme du Musée des civilisations à Gatineau reprend la thématique du cercle de la Roue de Fortune mais c'est aussi la couronne de laurier du Monde avec les 4 éléments aux 4 coins de la carte: l'eau, la terre, le feu et l'air...

Et voici le fou, le Mat, le chaman, électron libre inclassable à la frontière entre rationnel et surnaturel! (art Inuit, esquimau)

Autres articles:

Mon voyage au Québec en 22 lames majeures!

Mon voyage au Québec en 22 lames majeures!

Bonjour ! Ca va bien! comme disent nos amis québecquois à chaque rencontre!

Et oui, me voici de retour de mon fabuleux périple dans ce magnifique pays aux grands espaces et aux gens gentils et serviables. Ce n'est pas un mythe, ces gens sont toujours prêts à vous rendre service avec chaleur et bonne humeur.

Voilà j'ai eu envie de vous relater mon expérience du Canada comme un jeu de l'Oie, avec les 22 arcanes majeurs. Prêt à vous amuser à reconnaître les éléments du Tarot dans les images que je vous rapporte? Alors bon voyage !!!

Point de départ: Visite du vieux Québec, déambulation dans les rues pleines de charme; ici la main du Bateleur avec laquelle tout est possible, cette statue est un hommage aux Ursulines.

p1000803.jpgMarie de l'incarnation a son tombeau dans ce couvent, une belle Papesse en somme.

Le petit déjeuner confectionné par nos hôtes est une merveille d'abondance et de saveurs, voici notre gîte où veille une belle Impératrice.

Les remparts de la ville nous rappelle un temps où la valeur du territoire faisait sens! Tout comme l'Empereur.

Autres articles:

Le Québec en 22 lames (suite)

Le désert: un espace de liberté

 Depuis mon retour de ce prodigieux séjour dans le désert, j'entends toutes sortes de commentaire. Et puis je ressens combien ce désert m'habite à chaque instant. Il est en moi. Mes impressions, mes sensations m'ont enrichi si profondément que cela constitue une référence, un repère relié à une vérité profonde intacte. Ce que j'ai pu expérimenter est au-delà de ce que j'avais pu imaginer ou fantasmer.

On me dit: "Cette immensité, ça me fait peur" - "Ces gens du désert vivent dans des conditions extrêmes, ils doivent être durs" - "Cela doit être inconfortable, le vent, les bestioles, la chaleur, bof..." - etc.

Bref des croyances, aussi ai-je senti le besoin de rétablir des vérités.

picture-003.jpgJ'ai vécu un autre voyage initiatique au Népal. J'ai pu expérimenter à cette occasion les éléments, l'immensité des hauts plateaux himalayens et un peuple, les Sherpas. Ici les conditions sont rudes, les vallées à 3000 mètres d'altitude vous coupent le souffle, c'est vertigineux, l'espace s'ouvre majestueusement face à nous et l'on peut toucher l'incommensurable. Les népalais sont de grands enfants, joueurs, rieurs, coriaces, tout déplacement demande une condition physique surélevée, nous avons rencontré beaucoup de malades, des gens abîmés par la vie.

 Rien de tout cela dans le désert!

C'est un univers féminin, rond, faits d'obliques et de courbes, l'ocre, la couleur du sable offre douceur et réconfort,  la vie fourmille partout, des scarabées débonnaires aux lézards qui se faufilent avec agilité, les plantes verdoyantes et fleuries se nichent dans les creux et les bosses du désert.

Photo-desert-071.jpg

C'est loin d'être agressif ou inquiétant. C'est un espace chaleureux relativement paisible qui nécessite une certaine tranquillité, de la patience et de se laisser porter. On peut même s'y perdre par attirance et fascination, car les inclinaisons des dunes au fur et à mesure que l'on avance nous désoriente et notre perception visuelle s'en trouve bousculée. Oui je me suis perdue et comme le petit Poucet, perdu dans la forêt de son inconscient, moi de même j'ai plongé au coeur de l'être, ivre de sensations, au bout d'un moment, je ne retrouvais plus le chemin du campement, bon, j'ai fait demi-tour et suivi les traces de mes pas qui commençaient à s'effacer. Rien de grave, en fait. Le désert est un magnifique miroir de nos inconscients.

P1000234.jpg

Les dromadaires ont une démarche chaloupée, lorsqu'on les montent ils nous bercent avec grâce. Les nomades sont des êtres attentifs, bienveillants, attentionnés, qui marchent en caressant les arbrisseaux avec leurs mains ou les pierres de leur pied, amoureux du désert, ils jouissent d'une certaine protection. Amor nous a dit le désert, c'est comme un cercle où ils peuvent échapper aux lourdes contraintes des traditions familiales, les mariages arrangés, etc. C'est vrai, on est libre dans le désert. les hommes du désert sont des hommes féminins, c'est-à-dire qu'ils ne mettent pas en avant leur virilité bien qu'ils usent de séduction auprès de ces dames/ gazelles, ils sont sensuels, tout en simplicité... Ils sont sereins, posés, sensibles, Belladj, Mohamed, le chef du camp et Hazem. Des guides superbes de générosité, touchants, portés par la grâce. Je n'oublierai jamais la marche de nuit en silence et sans lumières avec Mohamed, en véritable traqueur chamanique, la main dans la main d'Annie, merci Annie, ce fût un moment magique avec toi, j'étais ton guide, j'ai appris grâce à Mohamed à guider avec confiance....

P1000152.jpg

Série TV avec des Tarots

Pour continuer ma réflexion sur l'emploi du Tarot dans le monde des médias, je voulais partager avec vous ce générique d'une série TV culte  "Carnivale" ou "Caravane de l'étrange" en français, qui se passe pendant la grande dépression des Etats-Unis, dans les années 20. L'histoire se déroule au sein d'un cirque ambulant et justifie l'emploi des cartes dans ce générique. Je le trouve très beau, inspirant, l'idée de plonger au coeur des cartes et les voir s'animer à partir d'images d'archive de l'Histoire avec un grand H est une excellente idée.

De l'utilisation du Tarot dans la publicité

Cela fait un moment que je porte à votre attention l'influence du symbolisme du Tarot dans les objets culturels contemporains. Je vous avais d'ailleurs parlé dans un billet précédent de cinéma avec "V pour Vendetta". On peut dire que je m'amuse à voir les correspondances avec les arcanes majeurs dans les films et la littérature. Ce n'est effectivement pas anodin d'y trouver l'intrusion de certains symboles et cela montre combien, finalement et de manière occulte, le tarot fait une intrusion dans notre monde actuel.

Mais je me pose la question de l'utilisation du tarot dans la publicité, car si je me réjouis de son utilisation volontairement ou non par certains artistes et auteurs, pour une action commerciale j'y vois une intention moins innocente.

Et vous constaterez par vous-même (j'en appelle à vos réactions en m'envoyant vos commentaires) que c'est un Tarot édulcoré, aseptisé, mais suffisament puissant pour toucher nos inconscients collectifs, un peu comme des images subliminales. Deux exemples récents ont retenu mon attention. Tout d'abord, grâce à Alexandra (toujours aussi alerte pour débusquer le Tarot autour de nous) j'ai été interpellé par la nouvelle campagne de pub pour une célèbre marque de haute couture qui lance une nouvelle gamme de parfums. Nous retrouvons comme vous pouvez le constater plus bas 5 arcanes majeurs:

 

Constatez la pauvreté visuelle quand on connaît la richesse du symbolisme du Tarot, le spot TV d'ailleurs est tout aussi "épuré" chaque parfum est représenté par un top model nu!

Voici le commentaire d'une journaliste concernant les intentions de la marque:

Vous avez sans doute aperçu, la semaine dernière, cette publicité mettant en scène Claudia, Eva, Naomi (rien que ça) accompagnées de trois beaux mecs, sur l’air du mythique Freedom! 90, de George Michael. Autant dire une armada de luxe pour lancer une collection de cinq parfums inspirés du tarot de Marseille.

Par Claire Mabrut

Et comme pour chaque carte de ce jeu aussi mystérieux qu’attirant, chaque fragrance correspond à une figure, un atout maître du tarot. Le Bateleur (alias le top Tyson Ballou), carte n° 1 ; L’Impératrice (la féline Naomi Campbell), carte n° 3 ; L’Amoureux (le mannequin Noah Mills), carte n° 6 ; La Roue de la Fortune (le couple sexy Eva Herzigova et l’ex-boxeur brésilien Fernando Fernandès), carte n° 10 ; et La Lune (la douce Claudia Schiffer), carte n° 18, incarnent chacun un archétype olfactif et illustrent un tempérament, un trait de caractère. Le Bateleur affirme sa virilité dans une composition de cèdre, vétiver, coriandre et notes aquatiques. Flamboyante, L’Impératrice ne passe pas inaperçue avec un sillage de fruits exotiques, de musc et de fleurs roses. Entêtant, L’Amoureux pimente son charme d’épices, de notes boisées et musquées. Opulente, gourmande, joueuse, La Roue de la Fortune dévoile un cœur de tubéreuse sur fond de benjoin et de patchouli. Enfin, La Lune interprète à son tour la tubéreuse, adoucie par l’iris, le musc et le cuir.
Comme on choisit la route tracée par les cartes du tarot, l’idée est, avec cette collection de fragrances
, de changer de parfum au fil des événements qui jalonnent notre vie, de parfumer le destin en quelque sorte.

Oui, l'intention est séduisante, mais je déplore le manque d'inventivité et de créativité. L'Impératrice à mon avis recquière un visuel bien plus éloquent que "la féline Naomi Campbel", et puis tous ces tops models ainsi que les bouteilles de parfums sont traités sur la même base: nudité, bouteilles simples sans fioritures, des personnes issues de la même scène médiatique, bref ils nous montrent à voir des arcanes bien plats, sans particularités et sans reliefs, comme si on avait voulu se débarrasser des attributs sulfureux, de l'aspect ésotérique du tarot pour n'en garder que l'annecdocte amusante. Dommage!

Voici l'autre publicité qui a retenu mon attention, de manière insidieuse, ici c'est l'utilisation du subliminal qui me gêne. Il s'agit d'une célèbre marque de voiture qui ponctue son spot par ce slogan: "Faites de chaque voyage un voyage extraordinaire". On voit un couple qui charge des valises et autres sacs dans le coffre d'une auto et part silloner les routes à travers des paysages surréalistes et poétiques, une voix off évoque un récit initiatique et lyrique tel l'odyssée d'Homère, à la fin la route débouche sur un désert infini et magnifique. ce n'est qu'après plusieurs visionnage de cette pug que j'ai remarqué le petit détail subliminal: sur la plaque d'immatriculation est inscrit le mot MAT. Et lorsqu'on analyse ce petit film, évidemment que l'on retrouve notre ami le Mat. C'est d'ailleurs un film bien fait, assez inspirant et qui correspond tout à fait aux notions inhérentes à l'arcane du Mat. Cependant je me pose la question entre le sacré et le profane, entre la dimension magique du tarot et l'utilisation mercantile qui en est faite. J'aspire à ce que le Tarot ne soit plus relégué au fin fond des caravanes sombres des diseuses de bonne aventure et j'apprécie que le tarot pénètre notre monde moderne mais là je m'interroge. C'est un peu comme si c'était de la contrebande, on passe sous le manteau des idées de bonnes femmes dans une apparence clean et politiquement correcte.

Je n'ai trouvé que la version en anglais mais ce spot TV passe actuellement sur nos écrans TV.

 

 Qu'en pensez-vous?

Le Pendu & le pouvoir des arbres

Je vous avais parlé de ma fascination pour les arbres, j'en dessine beaucoup qui sortent de mon imagination la plupart du temps. Ce n'est pas étonnant lorsqu'on sait que je suis Pendu en maison 9 dans mon thème de naissance. Pour les néophytes, sachez qu'un thème donne un profil de la personne et de ce qu'elle a à accomplir au cours d'une vie. Donc cette maison indique ce qui est le plus juste, le plus authentique, le plus vrai dans l'identité chez un sujet.

Les personnes qui sont confrontées à l'arcane du Pendu devraient réaliser à quel point les arbres leurs parlent et délivrent un pouvoir, celui du lâcher-prise bien-sûr.

Voici donc quelques arbres que j'ai dessinnés assorti d'un texte du 14ème Dalaï-lama. Puisse ces images et ces belles paroles vous inspirer!

"Dans le passé, toute la vie reposait sur les arbres. Leurs fleurs nous ornaient, leurs fruits nous nourrissaient, leurs feuilles et leurs fibres nous habillaient et nous procuraient un abri.

Nous prenions refuge dans leurs branches pour nous protéger des animaux sauvages. Leurs bois nous chauffait, nous en faisions des cannes pour soutenir nos vieux jours et des armes pour nous défendre. Nous étions très liés avec les arbres.

Aujourd'hui, entourés de machines sophistiquées et d'ordinateurs performants dans nos bureaux ultramodernes, il est facile d'oublier notre lien avec la nature."  Sa Sainteté le Dalaï Lama.

Les arbres détiennent une grande sagesse ancestrale.

Il existe un grand photographe qui sillonne le monde pour photographier des arbres improbables dans une nature sauvage, je vous invite à admirer son livre: "ARBRES" de Frank Horvat.

Le Tarot au cinéma (1) "V pour Vendetta"

Le sens caché des films

V pour Vendetta et la Maison Dieu: Viva la révolution!

J'ai revu avec délectation le film "V pour Vendetta". C'est vraiment un film que je recommande surtout à tous ceux et à toutes celles qui se confrontent à l'arcane 16, celui de la Maison Dieu.

C'est un film intelligent qui parle de révolution dans un monde totalitaire, pas si éloigné de notre monde actuel d'ailleurs, où le peuple anglais en est arrivé à avaler des gros mesonges d'Etat, où l'appareil politique, sous le couvert du terrorisme et en agitant des épouvantails qui attisent la peur, cadenasse une société entière sous son contrôle. Le personnage principal "V" est un héros résistant, provocateur, ironique, cultivé, brillant, esthète, un homme blessé qui a composé un personnage symbolique afin de guider un peuple vers la révolte. Il distille de la subversion dans un pays censuré et soumis dans sa liberté d'expression. Comme un maître on le voit initier la jeune et belle héroïne à dépasser ses peurs et à ne pas plier sous les coups des bottes des tortionnaires et autres dictateurs; et ce faisant, c'est aussi nous spectateur du film qui nous trouvons dans la peau de l'héroïne à cheminer sur des territoires interdits et politiquement incorrectes. Il nous apprend la liberté, celle qui s'affranchit des codes et des règles liberticides d'une société muselée. Vraiment le monde décrit dans ce film n'est pas si éloigné du nôtre: quand on pense aux effets de la crise et comment certains dirigeants ou même les médias s'en saisissent et appuient sur des peurs collectives et en arrivent à manipuler un système entier. Ce film en y réfléchissant fait écho à notre réalité.

Et surtout il est frappant de voir combien finallement, tous les thèmes du film entrent en résonnace avec les thèmes de la Maison Dieu.

 "V" utilise des sortes de poignards, il aime manipuler des épées, n'est-ce pas symboliquement son intelligence qu'il manie avec dextérité? Dans le Tarot les arcanes mineurs sont regroupées en 4 familles dont une se trouve être "l'épée". Les épées représentent le monde de la pensée, l'intellect et la manière dont on affine sa conscience. En observant "V" jouer avec cet outil redoutable, on y voit la perspicacité de son esprit raffiné.

 "V" fait exploser le célèbre bâtiment londonien: le Parlement, magnifique scène où s'effondrent tous les remparts et les murs de cet honorable enceinte; et l'on peut imaginer, tout comme la tour de la Maison Dieu, que s'effondrent à ce moment là toutes les certitudes bêtonnées qui figent la liberté, tous les concepts restrictifs, toutes les fausses croyances, tous les conditionnements, toutes les protections factices et toutes les idées obsolètes fondées sur la peur. Surgit la fraîcheur salvatrice de l'instant, la vérité de ce que l'on vit au présent débarrassée de toutes les projections et de tout système de pensée. Cette lame possède un aspect subversif car elle nous demande de savoir composer avec la spontanéité de l'imprévu en déconstruisant voire en explosant tous les principes éculés qui nous restreignent dans notre cheminement. Il ya un affrontement inévitable avec certaines valeurs communes et conventionnelles véhiculées par la société. Et cela demande un certain courage, je dirai même du panache.

16.jpg

Et vient ce moment bouleversant, chaotique et pourtant festif, dans un immense et joyeux feu d'artifice. Allélluia, viva la révolution!

Autres articles:

Le Tarot au cinéma. (2) Le Diable s'habille en Prada

Le Tarot au cinéma. (3) Star Wars

Dimanche 11 janvier 2009

Voici que démarre ce blog par cette date, le chiffre 11 inaugure donc ce modeste journal de bord vu à travers les lames du tarot.

11 donc…

2009 c’est aussi au résultat le chiffre 11 puisque 2+0+0+9 =11

11 est ce chiffre relié à l’arcane de la Force.

Que me dit si puissamment cette lame?

Je pense à cette jeune femme douce qui maîtrise l’animal avec tant de grâce et de délicatesse. J’y vois une inspiration, elle me souffle à l’oreille de trouver cette même force si tranquille et bienveillante.

Aujourd’hui j’ai rencontré des amis avec qui l’on partage nos projets et chacun trouve du lien et peut-être même du courage dans nos échanges réguliers. L’arcane de la Force est véritablement l’arcane de l’amitié, comment ne pas voir dans ces instants chaleureux où la communication est si fluide et conviviale l’apport bénéfique de cet arcane en ce jour. Il s’agit pour tous d’apprendre à dépasser nos obstacles en faisant appel à une force si différente de nos idées reçues.

La Force m’est apparu avoir du sens particulièrement en ces temps de crise où la solidarité et l’entraide sont nécessaires afin de passer au-delà des épreuves. Elle nous demande à tous de trouver cette maîtrise en soi et non à l’extérieur, elle nous demande de trouver en soi ce pouvoir si particulier de l’amour. Car contrairement à notre société de l’image qui aime ce qui est spectaculaire et visible cette carte parle d’un pouvoir qui n’est pas démonstratif et qui demande une grande confiance dans le cœur. Il s’agit ici de lâcher toutes les idées convenues sur le vouloir, le devoir, l’effort, la domination, le contrôle. On est loin d’une pensée d’un certain petit homme qui pense que gouverner demande une force autoritaire et dominatrice et qui s’agite dans un activisme souverain, difficile dans ces conditions pour cette société de ne pas croire à l’illusion d’un pouvoir par la volonté. Au contraire, cet arcane nous enseigne que le pouvoir de l’amour est un pouvoir qui demande de l’acceptation et une qualité d’accueil sans jugements. Il n’y a rien à vouloir ni à forcer.

L'arcane de la Force est l'allégorie du conte "la belle et la bête", ce conte évoque la transmutation du laid en beau (ou de la pulsion en sagesse) par les forces de l'amour. Comme dans ce conte où la patience et la grâce d’une jeune femme apaisent les pulsions animales d’un homme/bête, cette lame illustre cette posture réceptive qui dompte l’animal.

 Voici donc le message que cette lame nous offre à tous dans cette époque tourmentée que nous vivons :

« Trouve en toi cette force tranquille qui n'est pas arrogante mais qui vient de la confiance du coeur. Tu sauras surmonter chaque obstacle qui se dressera devant toi si tu sais regarder en face toutes tes émotions qu'elles soient douloureuses ou suscitant un désir irrépressible. Accueille la bête qui est en toi avec amour et lorsque tu l'auras dompté tu seras délivré. »

Bonne année 2009, que la force soit avec vous !!!!

 

Politique de confidentialité